Voyage au Japon BLOG https://www.peak-experience-japan.fr fr Travel Blog La grande péninsule de Noto et la région de Wajima http:///blog/item/11737.html http:///blog/item/11737.html   A l’extrême ouest du Japon, dans la préfecture d’Ishikawa, s’étend sur des kilomètres la plus grande péninsule du pays, la péninsule de Noto. Loin des flots de touristes, le département de Wajima vous donne l’opportunité de découvrir parmi les plus belles zones rurales du Japon dans une sérénité parfaite. Vous pourriez par exemple, débuter votre aventure dans un tableau des plus atypiques en contemplant les rizières en escalier de Shiroyone Senmaida à une dizaine de kilomètres de la ville même de Wajima. Face à l’océan, plus de 1000 petites parcelles de rizières poussent doucement bercés par les embruns et la beauté du paysage. Chaque saison est propice à la visite de ce lieu, recouvert en hiver par la neige, ou au printemps et en été, offrant l’un des plus beaux couchers de soleil que l’on puisse voir au Japon. Les propriétaires de ces belles rizières les illuminent même de différentes couleurs à la nuit tombante pour le plus grand bonheur des passants venus s’aventurer dans ce petit coin perdu. (Illuminations visibles d'octobre à mars). La qualité du riz tient à cet emplacement unique mais aussi au labeur des paysans, qui par le relief difficile et étroit  sur lequel poussent ces cultures, se doivent de tout planter et tout cueillir à la main. Cette région du Japon a parmi les plus beaux parcs côtiers, notamment au nord des rizières, dans les environs de la petite ville de Machinomachi, face au mont Iwakura Yama. Ce dernier permet d’ailleurs de très belles balades, passant par plusieurs magnifiques temples comme le temple bouddhiste Iwakura-ji entouré par la forêt. En faisant route vers la côte, vous trouverez de belles plages, près de la roche de Madoiwa, non loin du centre de Machinomachi. En vous dirigeant dans le centre de cette petite ville côtière, vous pourrez admirer une ancienne bâtisse au toit de chaume, construite il y a presque 2 siècles, dans laquelle sont conservés des vestiges de l’artisanat ancien. Il s’agit de la maison Kami Tokikuni ke et de son musée d’histoire. La ville de Wajima, est un bon emplacement pour séjourner, plus animée que le reste de la région, elle est appréciée notamment pour son marché matinal près du port proposant les spécialités locales, à savoir une incroyable variété de poissons et fruits de mer. Vous y découvrirez aussi un très beau musée d’art traditionnel, le musée Ishikawa Ken Wajimashitsugei. La ville est aussi célèbre pour l’artisanat lié au Nuri, la laque japonaise servant dans le processus de fabrication de baguettes, de bols et autres accessoires de l’artisanat traditionnel. Le Nuri provient de l’arbre Urushi, abondant dans la préfecture d’Ishikawa et utilisé pour cet art depuis des siècles. Mon, 18 Jun 2018 13:27:12 +0900 Biei : sublime "inland" d'Hokkaido http:///blog/item/11719.html http:///blog/item/11719.html   En japonais, le mot BI (美) signifie la beauté et EI (瑛) , le crystal. La région de Biei, située dans le centre de la grande île d' Hokkaido, mérite bien son nom. Vous vous trouverez en plein territoire centrale de l’île, entourée de montagnes aux hauts sommets, où certains lacs, tels que le lac Shirogane sont connus pour leur eau cristalline d’une couleur d’un bleu unique. En hiver, l’île d' Hokkaido connaît des températures comparables aux pays scandinaves, et les champs recouverts de neiges, les lacs gelés font de cette partie du Japon une région magique. Si vous souhaitez visiter Biei en été, c'est une saison des plus agréables, loin des fortes chaleurs et du fort taux d'humidité du reste du Japon. Hokkaido est vaste territoire montagneux, cependant, on y trouve de nombreuses plaines qui s’étendent à l’horizon et sont propices à l’agriculture. Ceci constitue des paysages remarquables, de champs immenses aux couleurs variées avec en arrière plan, les sommets encore enneigés des monts tels que le mont Nakaoyama,Tokachi,Furano, ou Asahi. Le centre de Hokkaido est en partie desservi par la ligne JR Furano, qui vous permettra d’accéder facilement à plusieurs sites d’intérêt. Près de la station Bibaushi se trouve le parc floral de Shikisai No Oka, un des célèbres parcs panoramiques que l’on trouve beaucoup dans cette partie nord de l’archipel japonais. Celui-ci mêle les couleurs des tulipes, des tournesols, et de la lavande, selon chaque saison. Baladez vous en mini buggy autour du parc où monter à bord d’un des bus tracteurs pour découvrir ce magnifique paysage. Beaucoup plus au sud s’élève le volcan Tokachi, à l’origine de la formation géologique de cette région et l’apparition de sources d’eau chaude, que les hommes ont appris à apprécier. Si vous vous rendez au mont Tokachi, ne manquez pas la superbe randonnée au milieu de paysages quasi lunaires, et relaxez vous dans l’un de ses nombreux onsens (sources d’eau chaude). C’est un peu plus au nord de cette montagne que vous trouverez le lac shirogane. Les couleurs de ce lac varient en fonction des saisons, mais c’est au printemps, après la fonte des neiges que le lac revêt sa couleur bleue turquoise mystérieuse qui le rend si populaire. Non loin du lac, les impressionnantes chutes d’eau de Shirahige dans une des plus belles réserves naturelles du Japon.   Tue, 05 Jun 2018 14:48:25 +0900 Yamadera : le temple sur la montagne http:///blog/item/11710.html http:///blog/item/11710.html   La préfecture de Yamagata est située à environ 400 kilomètres au nord de Tokyo. C’est une grande région agricole connue pour ses rizières magnifiques qui s’étendent dans les vallées. Comme la majeure partie du japon, elle est montagneuse et volcanique. Vous trouverez facilement de très bons endroits pour profiter des sources chaudes (onsens) et autres sites naturels exceptionnels .   Cette région est en partie connue pour abriter l’un des plus beaux et anciens temples bouddhistes du Japon, le Yamadera. Comme le signifie son nom, ce temple a la particularité d’avoir été construit sur le flanc d’une montagne, face à un paysage à couper le souffle. Le Japon a l’avantage d’être un pays qu’il est agréable de visiter à chaque saison de l’année. Les paysages varient d’une manière incroyable par sa végétation et son climat particulier. Cependant, il est conseillé de visiter ce temple en automne, lors du changement de couleur des feuilles des arbres. Les momijis aux feuilles rouges se mélangent aux feuilles jaunes et orangées des érables, et au vert clair des sapins et cèdres japonais. Tout ce mélange miraculeux de couleurs accroît la beauté de ce lieu saint aux escaliers de pierres frôlant le versant rocheux de la montagne. En hiver, il neige beaucoup à Yamagata, et cette saison peut aussi être l’occasion d’admirer ce paysage se couvrir d’un voile blanc. Son existence remonte à l’âge d’or du bouddhisme au Japon. On pense qu’il fut construit vers la fin du IX ème siècle, par l’une des plus grandes figures du bouddhisme japonais, Ennin, connu aussi sous le nom de Jikaku-Daishi, l’un des fondateurs de l’école Tendaï sur l’archipel nippon. Ennin à beaucoup voyagé en Chine, et notamment dans la région du Zhejiang au sud. C’est là que se trouve le mont Tiantai à l’origine du nom de cette pratique bouddhiste. Alors rentré au Japon, peu avant la fin de sa vie, il partage ses connaissances de cette forme de bouddhisme restée forte au Japon où chaque homme porte en lui l’esprit de bouddha et où n’importe qui peut atteindre la Révélation. Les fondements de l’école Tendaï sont très détaillés et peuvent être difficile à résumer en quelques lignes, mais l’esprit de l’entraide, de sagesse et de la bonté envers autrui en sont les points forts. En constante évolution, le bouddhisme japonais a su s’écarter peu à peu de ses origines chinoises et se créer sa propre harmonie. Le Yamadera décrit tout à fait cette évolution, d’où son importance dans la culture japonaise. L’entrée de ce temple est située non loin de la gare de Yamadera, accessible par la ligne JR Senzan reliant la ville de Sendaï à l’est et Yamagata. Depuis Tokyo, compter un peu moins de 3 heures de trajet. Une fois en bas des 1000 et quelques marches qui vous attendent, ne vous découragez pas, car une fois au sommet, vous aurez une des plus belles vues que l’on puisse admirer au Japon. Sur votre chemin, vous croiserez beaucoup d’anciens temples cachés au milieu des arbres ce qui vous permettra de souffler un peu et d’admirer leur architecture unique. La nature est très belle dans toute la préfecture de Yamagata et ce sanctuaire vous le prouvera largement, perdu entre les sapins et cèdres anciens. Vous aurez également l’occasion de croiser des murs de roches sculptées où méditent pour l’éternité de belles statues de bouddhas. Thu, 31 May 2018 13:29:08 +0900 Hachijo-jima : l’île nature de Tokyo http:///blog/item/11706.html http:///blog/item/11706.html   Depuis l’aéroport de Tokyo Haneda, il ne vous faudra qu’une petite heure pour atteindre l’île semi-tropicale de Hachijo-jima, petite île au large de l’archipel nippon, perdue dans le pacifique. L’île est assez éloignée de la capitale mais sachez qu’il s’agit toujours de la préfecture de Tokyo. Bien des surprises vous y attendent, de la gastronomie locale aux nombreuses activités de plein air qu’offre ce petit coin de paradis. L’île est assez petite, environ 20 kilomètres du nord au sud, vous vous y déplacerez donc assez aisément en empruntant la route principale qui l’entoure. L’intérieur de Hachijo-jima est montagneux, et offre de nombreuses possibilités de randonnées, notamment sur le mont Hachijo-fuji du haut duquel la vue est imprenable. Le chemin de randonnée porte le nom de Hachijo-fuji ohachi. Le début de la marche est assez difficile, car vous monterez des escaliers de pierre sur une bonne partie du trajet. Vous atteindrez le cratère en environ 3 heures croisant au sommet, le sanctuaire shinto de Asama, au tori de pierre se fondant dans la verdure des forêts éparses disparaissant peu à peu pour laisser place à un paysage au panorama inoubliable. Ce volcan est à l’origine d’un paysage de champs de lave sublime à l’ouest en bord de mer, à Nanbara Senjojiki situé à 3 kilomètres de l’aéroport. On pourrait se croire en Islande lorsque l’on admire le contraste entre le noir basalte de la plage, et  les montagnes verdoyantes plongeant leur falaises dans l’océan émeraude. Aussi, l’île est pleine de sources chaudes volcaniques, les “onsens”, où vous pourrez vous relaxer après vos balades. La plupart de ces bains naturels se trouvent au sud de l’île et varient beaucoup en fonction du paysage. Au nord du magnifique port de Aigae, vous trouverez une balade très intéressante au coeur d’une forêt luxuriante en vous dirigeant vers les cascades d’Uramiga. De plus, proche des cascades se trouve le onsen d’Uramigataki, perdu dans un paysage naturel divin où vous profiterez d’un bain au son apaisant des chutes d’eau. Au sud est, il est fortement conseillé de se rendre aux onsens de Miharashi, offrant un panorama magnifique sur le littoral montagneux et l’océan. La gastronomie locale est riche de poisson frais de saison. Vous dégusterez beaucoup de sortes de poissons préparés en sushis. L’une des spécialités les plus connues est la préparation du poisson volant, le Kusaya dont le jus de cuisson est réputé fabuleux. Vous le savourerez accompagné d’un rafraîchissant verre de Shouchu local, le Hachijo shouchu, eau de vie japonaise préparée au Japon en général à base de riz, de sarrasin, de blé ou de patate douce. La partie la plus habitée de l’île se trouve près du port de Sokobo. Ici, vous trouverez de nombreux restaurants pour goûter cette délicieuse cuisine mais aussi de très belles plages pour vous baigner. Pour les amateurs de surf, Hachijo-jima dispose également  de très bons spots sur la côte Shiokan, la partie sud est du littoral.   Tue, 29 May 2018 15:38:39 +0900 Voyage au coeur du folklore japonais dans le mystérieux village de Tono (Iwate) http:///blog/item/11688.html http:///blog/item/11688.html   C’est à 500 kilomètres au nord de Tokyo que se trouve la préfecture d’Iwate, région mystérieuse remplie de légendes, où la population locale s’harmonise avec la nature à travers les arts et un mode de vie tout à fait différent de ce que l’on peut observer dans les grandes mégalopoles japonaises. C’est ce vaste contraste qui fait du Japon un pays unique et passionnant. Fuyez quelques temps la vie animée pour découvrir la campagne du nord de l’archipel, les histoires de fantômes et de créatures folkloriques. La préfecture d’Iwate est parfaite pour profiter d’itinéraires mixant nature, traditions et légendes. Partez à la rencontre des habitants de la région de Tono qui partagerons avec vous leur connaissance des traditions ancestrales. Depuis la gare de Tokyo, il faut compter un peu plus de 4 heures de trajets jusqu’à Tono. Mais n’oubliez pas que vous serez installé confortablement dans le shinkansen Tohoku, dans un calme reposant, et vous ne verrez pas le temps passé en regardant défiler par votre vitre, les magnifiques régions montagneuses du Japon.  A la gare de Shin-Hanamaki, vous emprunterez la ligne JR Kamaishi jusqu’à la gare de Tono. Tono est un petit village de montagne, sa campagne alentour vous plongera dans une oeuvre du studio Ghibli, qui s’en inspira beaucoup pour la création d’oeuvres telles que le film animé “Mon voisin Totoro”. Cette région du Japon ne peut que développer votre imagination et vous entraîner dans les fameuses “Légendes de Tono”.  Arrivé à la gare, vous pouvez vous rendre à environ 5 kilomètres au nord ouest afin de découvrir, au bord de la rivière, le lieu légendaire de Kappa buchi, petite rivière qui, comme son nom l’indique, serait le lieu où vivrait la créature appelée “Kappa”. Elle serait de la taille d’un enfant de 10 ans environ, qui porterait sur le dos une carapace de tortue, sur la tête une sorte d’assiette et serait muni d’un bec. Selon les légendes, “Kappa” est perçu de différentes manières. Il est un monstre dangereux, selon les anciennes légendes, qui attaquerait les passants s’approchant trop près de son habitat. Cette légende est en général une manière d’éloigner les enfants du bord des rivières afin d’éviter la noyade. D’un autre côté, “Kappa” est aussi perçu comme un guérisseur, se nourrissant exclusivement de concombres. De ce fait, vous trouverez des zones de pêche vous proposant de tenter de l’attraper à l’aide d’une canne à pêche de bambou munie de cet étrange appât. En vous baladant dans le village, vous verrez que certaines maisons sont en forme de L. Ceci est dû à l’importance de la cour intérieure pour l’élevage des chevaux, qui autrefois, étaient fortement utilisés pour l’agriculture et le transport. Dans ce village, les habitants de ces maisons anciennes racontent encore la légende de Zashiki Warashi, un esprit de la maison. Le Zashiki Warashi n’est pas à craindre. Représenté par un enfant, il symbolise plutôt la pureté et le bien être des lieux de vie. Inspiré par ces légendes, il ne vous reste plus qu’à vous promener dans la magnifique campagne alentour. Vous croiserez beaucoup de temples bouddhistes, dont l’un des plus intéressant est peut-être le temple Fukusenji, accessible par un petit pont de bois traversant un étang décoré de statues de “Kappa”. Il se trouve à 6 kilomètres au nord ouest de la gare principale de Tono, et fait face au mont Konarayama entouré par une paysage naturel sublime . Quelques kilomètres au nord du temple, l’ancien village de Furusato est un site à ne pas manquer. Au coeur d’une forêt de sapins, c’est un petit village ancien aux maisons dont les toits de chaume rappellent le village de Shirakawa go dans la préfecture de Gifu. A côté de ces demeures traditionnelles nommées “magariyas”, de petites rivières font encore tourner les vieux moulins à eau. Thu, 24 May 2018 14:14:38 +0900 Au nord de Kyushu, la région historique d’Oita http:///blog/item/11680.html http:///blog/item/11680.html Au nord est de Kyushu, durant l’ère “Sengoku”, période de trouble et de guerres incessantes au  15ème et 16ème siècle au Japon, il y avait une province puissante, celle du clan Otomo de la province Funai, aujourd’hui nommée préfecture d’Oita. Vers la fin du 16ème siècle, cette province se développa considérablement, ouvrant son port au commerce extérieur avec la Chine et le Portugal. Son leader était à cette époque le daimyo Otomo Yoshishige qui après sa rencontre avec le missionnaire Navarrais Saint François-Xavier, se convertit au christianisme et s’ouvrit à la culture européenne. Aujourd’hui, ce sont tous ces témoignages historiques son passé traditionnel et ses sites naturels incroyables qui font de Oita, une partie du Japon qu’il ne faudrait pas négliger. Situé sur la côte est, face à la mer de Bungo du nom de l’ancienne province, la ville de Usuki conserve l’un des plus beaux quartiers historiques de la région de Kyushu. Vous serez entouré de maisons de bois noir au murs blancs, à l’architecture traditionnel de style Edo, superbement rénovées. C’est un quartier très calme qui cache de nombreuses ruelles étroites et mystérieuses. Sur votre chemin, vous croiserez de petits temples Shinto, maisons de samouraïs et quartiers marchands (Hacho oji) qui vous plongerons plusieurs siècles dans le passé. La ville de Usuki conserve également un château protégé naturellement par son paysage de montagnes, de rivières et de collines. Mais cela n'empêcha pas le clan Shimazu originaire de la région de  Kagoshima, de le conquérir en 1578 lors de la bataille de Mimikawa. A environ 6 kilomètres à l’ouest du centre d’ Usuki, vous trouverez un autre site historique à ne pas manquer. C’est vers la fin du 12ème siècle, à la fin de la période Heian et début de la période Kamakura qu’auraient été sculptées dans la pierre volcanique, ces nombreuses statues de Bouddha, ornant un temple magnifique caché dans une vaste forêt.   A 40 kilomètres au Nord d’Oita, de similaires statues de pierres datant approximativement de la même période sont visibles près du mont Taharayama, superbe sommet montagneux conseillé pour la randonnée. Vous pouvez l’atteindre facilement depuis Nakayamaga au sud ouest. Plus au nord, se cache aux pieds du mont Futago un temple tout aussi mystérieux. C’est le temple Ashi Hikiyama, accessible par un escalier de pierre gardé par deux statues de divinités “Nio”, les impressionnants gardiens de la religion bouddhiste, empêchant les mauvais esprits de pénétrer dans ce sanctuaire bâti en 718. Autour, vous pourrez profiter de belles balades dans les sentiers forestiers, recommandées notamment lors du changement des couleurs des feuilles à l’arrivée de l’automne. Toute cette partie nord est de la préfecture d’Oita dresse un magnifique portrait de la véritable campagne japonaise. Si vous vous rendez à  Bungo Takada, vous verrez dans un décor montagneux à couper le souffle, quelques rares maisons et petites fermes bâties au milieu de rizières cultivées depuis le 11ème siècle.   Enfin, Oita est réputée pour ses onsens, alors ne vous privez pas d’un bain chaud dans les eaux volcaniques de la région. Près de Beppu se trouve un bassin de sources d’eau chaude connu comme “l’étang de l’enfer”, nommé ainsi pour sa couleur de lave. N’ayez pas peur de vous y baigner, contrairement à son aspect, l’eau de ce onsen est bienfaitrice et peut guérir la peau, notamment les brûlures. Tue, 22 May 2018 15:44:06 +0900 Le littoral spectaculaire de Hyuga (Kyushu) http:///blog/item/11669.html http:///blog/item/11669.html   Déjà à votre arrivée à Hyuga, sa gare principale vous étonnera par son architecture unique qui lui a value, en 2008, le prix Brunel, récompensant les plus beaux design architecturaux d’infrastructures ferroviaires du monde entier. Son design est particulier du fait de l’utilisation de bois de cèdres japonais pour la construction du quai et de la charpente de sa toiture. Cette ville est un parfait mélange de paysages de bord de mer et de montagnes. Le littoral y est magnifique, les falaises rocheuses abruptes plongeant dans l’océan bleu du pacifique. De nombreux points d’observations sont accessibles près de la côte pour observer ce spectacle naturel. Vous pouvez accéder facilement aux différents sites à pied ou en empruntant les lignes de trains JR.   Après avoir parcouru la ville vers l’est, vous arriverez au port d’Hososhima où vous trouverez d’excellents restaurants de fruits de mer proposant des produits fraîchement pêchés. La région est connue pour la pêche à la palourde, mais aussi pour la préparation du fameux “Maguro”, le thon japonais que l’on prépare en sashimis, sushis, mais plus particulièrement ici, au jus de “hebesu”, une sorte de citron spécifique de la région. N’hésitez pas à déjeuner dans l’un des délicieux restaurants de la côte, vous ne serez jamais déçu ! De plus le paysage est superbe, devant vous voguent calmement les petites barques face au mont Makishima Yama et derrière vous se dresse le mont Kaminoyama, l’un des meilleurs panorama sur l’océan. Continuez ensuite votre route vers le parc Mihoukogaura et rejoignez le cap Umagase, le plus à l’est. La vue sur l’immensité de l’océan pacifique depuis des falaises hautes de plus de plus 70 mètres est à couper le souffle. Vous pouvez ensuite profiter d’une balade agréable en longeant la côte sud vers le parc Hyugamisaki non loin duquel se trouve un joli temple shintoïste dédié au dieu renard (Inari). Les falaises se font plus rares au sud de la ville, et la côte bénéficie aussi de très belles plages. Depuis la gare de Hyuga, emprunter la ligne JR Nippou jusqu’à la station Minami Hyuga (sud de Hyuga), comptez environ 6 minutes de trajet. Puis marchez 10 minutes vers le nord de la station pour rejoindre la plage de Oguragahama. Cette large plage est un petit paradis pour les surfeurs alors si vous n’avez jamais mis les pieds sur une planche, ne ratez surtout pas l’expérience ! Un peu plus au nord, vous aurez l’occasion de contempler le sanctuaire shintoïste Omi, faisant face à la mer, l’occasion de contempler un beau coucher de soleil dans une ambiance des plus zens. Thu, 17 May 2018 15:53:22 +0900 Découverte du territoire sauvage des chasseurs “Matagi” de Shirakami (Aomori) http:///blog/item/11667.html http:///blog/item/11667.html   Traversant les préfectures d’Akita et d’Aomori au nord du Japon, la grande chaîne montagneuse de Shirakami Sanchi est un des endroits les plus sauvages de l'archipel. Y accéder en train est cependant possible. Depuis la gare d’Akita, vous pourrez emprunter la Ou JR line jusqu’à la station Higashi-Noshiro. Puis, emprunter la ligne Gono jusqu’à la station Juniko. Comptez environ 2h30 de trajet. A partir de Higashi-Noshiro, la voie ferrée longe la côte et vous aurez pendant une bonne partie de votre voyage, une vue imprenable sur l’océan et les premiers versants ouest de la chaîne de montagnes que vous allez bientôt pouvoir parcourir. A votre arrivée à Juniko station, vous ne serez qu’à 2 kilomètres  du site “nihon canyon”accessible par un chemin de randonnée. Le canyon du Japon a été nommé ainsi par l’explorateur Mamoru Kishi en 1953. Bien qu’assez différent du Grand Canyon américain tel que l’on connaît, le canyon japonais est un ensemble de hautes falaises rocheuses, qui reflètent magnifiquement la lumière du soleil dans la vallée recouverte par une sublime forêt de sapins. De là, vous continuerez votre chemin jusqu’à la réserve naturelle de Tsugaru, située à environ 4 kilomètres. (notez bien que la plupart des accès aux chemins de randonnées dans la région ne sont pas accessibles de mi novembre à fin mai). Dans ce parc quasi national, vous traverserez des chemins forestiers perdus, dans un paysage ponctué par plusieurs lacs et étangs. L’un des plus beaux et aussi le plus petit est l’étang d’Aoike spectaculaire par sa mystérieuse couleur bleue turquoise. Cette zone reculée du Japon est l’un des plus vastes ensemble naturel du Japon. Vous trouverez cependant, sur votre route, le centre de visiteurs de Juniko qui vous indiquera les différents parcours de randonnées ainsi que les campings alentours si vous souhaitez séjourner dans la région.   Cette partie du Honshu,compte près de 8000 ans d’histoire et compte plus de 130 000 hectares de forêt de hêtres et de sapins.  La région est celle des chasseurs Matagi, le traditionnel chasseur de cerfs et d’ours dont l’existence remonte bien avant la période féodale.  Depuis la ville de Hirosaki, vous aurez accès à d’intéressants sites de randonnée. Un bus (opérationnel de juillet à novembre) vous conduira jusqu’à la vallée d’Anmon d’où vous pourrez accéder au départ du chemin vers les magnifiques cascades d’Anmon. Compter environ 3 heures de marche. Wed, 16 May 2018 16:07:40 +0900 Voyage en locomotive dans la campagne japonaise http:///blog/item/11656.html http:///blog/item/11656.html   Le Japon est le pays des trains, ayant l’un des plus rapides au monde, mais aussi conservant ses beaux modèles d’antan. On tombe sous le charme  du petit train vert qui passe dans les ruelles escarpées de Kamakura, ville côtière située à quelques kilomètres au sud de la capitale nippone. Avez-vous déjà emprunté le shinkansen lancé à vive allure en contemplant le paysage urbain se changeant peu à peu en sublime paysage de montagne où en admirant le mont Fuji au loin ? Ce dont vous n’avez peut-être pas encore tenté l’expérience est de traverser des endroits perdus de la magnifique campagne japonaise, à bord d’une locomotive à vapeur.   C’est au nord de la préfecture de Shizuoka que vous trouverez l’ancienne  ligne ferroviaire de Oigawa, longeant la grande rivière Ooi, tellement large que vous aurez l'impression de longer un superbe lac. Vous voyagerez dans un joli petit coin de montagne, recouvert de forêts de pins et de cèdres où les habitations se font rares. Il ne vous reste qu’à monter à bord pour vous émerveiller de ce spectacle naturel et vous déconnecter un instant. Vous aurez l’occasion de monter à bord de l’une des 4 locomotives dont les modèles remontent à 1930. Il existe aussi des locomotives Thomas tirés du célèbre dessin animé, qui plairont beaucoup à vos enfants. Installez vous sur un des sièges passagers en bois tapissés à la mode des années 50. La locomotive sifflera et vous partirez au Japon du tout début de l’époque Showa. Vous serez comme acteur d'un vieux film d’avant guerre. Vous traverserez les rivières sur des ponts surélevés vous offrant d’authentiques paysages de montagnes, au son des tractions du train se déplaçant lentement. Vous pouvez monter à bord à partir de la gare de Kanaya au sud de la ville de Shizuoka. Le voyage dure environ 1h15 si vous vous rendez au terminus, ce qui est fort conseillé pour profiter pleinement du changement incroyable de paysage durant le trajet. Comme bien souvent dans les gares de shinkansen, n’oubliez pas avant votre voyage, de vous procurer un délicieux bento à la gare de Kanaya. Le trajet jusqu’au terminus coûte environ 910 yens. Compter moitié moins cher pour les enfants de moins de 13 ans. Pour y accéder au départ de la gare de Tokyo, emprunter la ligne de shinkansen Tokaido-Sanyo jusqu’à la gare de Shizuoka. Puis, la tokaido line jusqu’à la station Kanaya. Compter un peu moins de 1h30 de trajet. Thu, 10 May 2018 15:46:42 +0900 Les plus belles plages du Japon sur l’île de Miyako-jima http:///blog/item/11655.html http:///blog/item/11655.html Il peut être intéressant de combiner à la fois le Japon automnal et les températures estivales des îles sud d’Okinawa. En octobre, il y fait en moyenne de 28 degrés et la région connaît un faible taux de précipitation. De plus, ne compter qu’environ 3 heures en avion au départ de Tokyo  pour vous atteindre ces îles paradisiaques au climat tropical, où une toute autre culture du Japon reste à découvrir.   Okinawa est un vaste archipel et il est difficile de choisir quelle île visiter. Si vous souhaitez profiter pleinement de paysages et des plages paradisiaques mais aussi visiter et découvrir la culture japonaise d’Okinawa et ses petites villes côtières, la région de Miyako-Jima est un bon compromis. Vous y accéderez facilement depuis l’aéroport de Tokyo Haneda, où à partir de la ville d’Osaka suivant votre itinéraire. Pour ceux qui souhaitent tout d’abord visiter Naha, capitale d’Okinawa, Miyako-jima ne se trouve qu’à 50 minutes en avion.   On dit que l’océan qui entoure l’île de Miyako-jima a l’eau la plus claire du Japon, le territoire étant composé de sol calcaire, elle y est transparente et turquoise toute l’année. De nombreuses superbes plages entourent l’île. Difficile d’énumérer chacune d’entre elles. Cependant, voici celles qu’il ne faudrait surtout pas rater ! Au sud ouest, vous trouverez la plage de sable blanc de Yonaha Maehama, bien souvent peu peuplée, vous pourrez vous y  relaxer et profiter des nombreuses activités proposées :snorkeling, sorties en bateau. Vous y trouverez aussi de petits bars et restaurants de bord de mer. Rien de tel que de se prélasser et délaisser ses pensées dans ce petit coin de paradis.   Au nord ouest, la plage de Sunayama offre un paysage tout à fait différent mais aussi sublime. Celle-ci est composée d’un arc rocheux surplombant la mer émeraude. Vous y trouverez aussi des spots de location de matériel pour la plongée et pour d’autres nombreuses activités nautiques.   Une des plus intéressantes pour la plongée en apnée reste la plage de Boraga au sud-est de l’île. Vous y observerez une faune sous-marine incroyable comme les tortues marines et nombreuses espèces de poissons telles que le poisson clown ! C’est aussi un endroit recommandé pour les randonnées en Kayak sur l’océan. Le meilleur moyen de vous déplacer sur cette île est de louer une voiture, ou de vous déplacer à vélo, l’île s’étendant sur environ 20 kilomètres d’est en ouest, il est très facile d’atteindre rapidement n’importe quel site. A l’ouest se trouve se trouve l’île d’Irabu, que vous atteindrez en traversant le pont  d’Irabu-Ohashi long de 5 kilomètres, perdu au milieu de l’océan bleu turquoise. Cette île est le paradis de la plongée sous-marine avec plus de 100 superbes spots, au large des côtes où dans les nombreuses grottes cachées du littoral. Egalement sur l’île de Shimoji-jima jouxtant Irabu-jima, se trouve le mystérieux étang de Torii-ke apprécié des plongeurs.   On ne peut pas parler d’Okinawa sans mentionner sa savoureuse cuisine. Chaque région d’Okinawa à sa spécialité. Miyako-jima est une zone agricole importante, on y cultive le manju (sorte de papaye), les épinards, ainsi que de délicieuses mangues. Le boeuf y est aussi de grande qualité. Vous aurez aussi l’occasion de goûter le Yashigani, petit crabe des cocotiers, où encore les délicieuses soba de la région (nouilles de sarrasin) que l’on accompagne souvent de beignets de crevettes ou légumes (tempura). Thu, 10 May 2018 14:03:41 +0900 Voyage ensoleillé à Okayama http:///blog/item/11619.html http:///blog/item/11619.html Si vous vous inquiétez pour la météo lors de votre séjour au Japon, sachez qu’Okayama est une des régions les plus ensoleillées du Japon. Proche de beaucoup d’autres sites d’intérêts, Okayama peut être conseillée pour ceux qui découvrent pour la première fois le Japon. Toute l’année, vous pourrez goûter aux spécialités culinaires locales. Okayama, en plus d’être une ville est aussi le nom de la large préfecture, qui se situe au nord est d’Hiroshima. Elle combine à la fois mer et montagne ce qui est représenté à merveille dans l’art culinaire. Si vous raffolez des sushis et fruits de mer, goûtez à tout prix le Bara-zushi, plat traditionnel composé de sushis de toutes sortes, de la crevette rose, à l’anguille grillée (Unagi), on y trouve aussi du congre, tout ceci accompagné de légumes croquants. Vous aurez aussi l’occasion de savourer le Takomeshi, plat composé de poulpe et de riz; où encore le célèbre plat du Kansai, l’okonomiyaki (sorte de pâte à crêpe cuite avec de nombreux ingrédients) qui est ici préparé avec des huîtres locales. A l’intérieur des terres, vous découvrirez une viande succulente. Le boeuf y est de grande qualité (boeuf Chiyagyu) et il est conseillé de le déguster en sukiyaki, (sorte de pot au feu), où cuisiné avec des udons (nouilles de farine de blé, d’une texture assez épaisse). Okayama vous apprendra beaucoup de choses sur l’art japonais. Vous y découvrirez l’un des jardins les plus beaux du Japon. Le jardin Korakuen d’Okayama vous offrira une balade reposante dans un décor remarquable. Il est situé proche de la gare principale. Ce jardin avait été ordonné par le daimyo Ikeda Tsunamasa à la fin du XVII ème siècle, période Edo où l’on commence à concevoir des jardins comme lieux de promenade. Le jardin d’Okayama est donc assez grand, environ 13 hectares et conserve sanctuaires et temples, théâtre de No, ainsi que des cultures de thé et de riz. Le jardin est proche du superbe château d’Okayama unique de part sa devanture noire. En août, le châteaux organise de nombreuses festivités lors desquels le jardin est superbement éclairé par de nombreuses lanternes de bambous, et où l’on peut assister à des concerts, mais aussi participer à des initiations aux arts traditionnels. Depuis la gare d’Okayama, vous pourrez vous rendre directement à la station Kagato en direction de Bizen. A 20 minutes de marche vers le sud, le musée du sabre de Bizen Osafune vous fera découvrir l’art de la forge des sabres japonais. En plus d’assister à une impressionnante démonstration de forgeage, vous admirerez une superbe collection de Katanas de plusieurs époques différentes. Rendez-vous ensuite à la gare prochaine. Vous aurez le plaisir de visiter le village ancien de Bizen Imbe, où il est très agréable de se balader. Ce village est célèbre pour la poterie dont la pratique est originaire de plus de 1000 ans. Vous pourrez apprendre cet art en créant vous même vos oeuvres dans une des très nombreuses boutiques du village.   Au sud de la ville d’Okayama, un autre ancien village vaut le détour. Au bord du canal, la petite bourgade de Kurashiki possède un sublime quartier ancien, où promeneurs vêtus de kimono flânent au milieu des vieilles maisons marchandes et galeries d’art. Profitez d’une balade en barque sur le canal, visitez un des nombreux musées d’art et d’histoire, ainsi que les vieux quartiers de Honmachi et Higashimachi qui combleront à merveille votre journée dans le vieux Japon traditionnel. Thu, 19 Apr 2018 14:03:30 +0900 Iriomote-jima : Le Japon paradisiaque à l’extrême sud d’Okinawa http:///blog/item/11607.html http:///blog/item/11607.html   Au Japon, suivant les goûts de chacun, il est possible de choisir toutes sortes de destinations bien diverses. Entre les plaines et montagnes enneigées d’Hokkaido en hiver, les grandes mégalopoles animées, où encore les quartiers anciens et sanctuaires dans la campagne perdue, un périple fortement varié peut être préparé ! Mais il ne faut pas oublier que le Japon est aussi un pays subtropical si l’on se rend à l’extrême sud, aux îles d’Okinawa. C’est encore plus au sud de ces îles, proche de Taïwan, que vous trouverez l’île d’Iriomote-jima. Pour les amoureux de la nature, cette île est  un paradis terrestre à la faune et à la flore exceptionnelles. L’île n’ayant pas de structure aéroportuaire, il vous faudra atterrir à l’aéroport d’Ishigaki, l’île situé à l’est d’Iriomote-jima. De là, des ferries y partent régulièrement, et le temps de trajet est d’environ 45 minutes, suivant votre destination d’arrivée. Compter environ 2000 ou 3000 yens aller-retour. (Il est tout à fait envisageable d’inclure cette destination dans votre périple au Japon pour quelques jours, si vous souhaitez fuir quelques temps les grandes villes animées. Certains vols peuvent être très abordables si vous prenez une réservation à l’avance). A votre arrivée, vous serez émerveillé par la beauté du littoral et la végétation luxuriante qui s’étend à l’horizon. Un panel d’activités s’offre à vous : randonnée, kayak, plongée sous-marine, balades en bateau dans la mangrove. Commencez par découvrir le parc National d’Iriomote-Ishigaki. Ce parc est protégé depuis 2007, et vous y découvrirez tous les trésors naturels du centre de l’île, recouverts par la  jungle luxuriante, les magnifiques cascades, lieu de vie du chat sauvage d’Iriomote. Il est cependant assez rare d’en croiser sur votre chemin. Vous verrez cependant de nombreuses petites statues sculptées en son honneur !   L’île est traversée par la rivière Urauchi, qui au nord, à son embouchure, offre un paysage remarquable de mangrove et de sublimes chutes d’eaux à l’intérieur des terres. Ce parcours est l’un des plus conseillés de l’île. Pour cela, vous pouvez partir du port de Uehara au nord pour atteindre en bus la rivière Urauchi, la plus grande rivière d’Okinawa. De là, vous profiterez d’une balade en bateau dans la mangrove jusqu’au point de départ de la randonnée dans la jungle. Une fois pied à terre, il ne vous faudra que 30 minutes de marche pour atteindre les superbes cascades de Maryudo et 10 minutes plus loin, les chutes d’eau de Kanpirei entourées par un superbe paysage verdoyant. Vous trouverez le long de la rivière, de nombreuses possibilités de randonnées en kayak sur la rivière. La flore comprend un éventail très large d’espèces de plantes et d’arbres dont les plus abondants sont les bougainvilliers, les orchidées,les hibiscus, les figuiers, où encore le gajumaru, arbre tropical aux longues racines que l’on trouve partout à Okinawa, qui selon les légendes, renferme l’esprit de la forêt.   Afin de profiter au mieux de la plongée en apnée dans cette région tropicale, rendez-vous à  quelques minutes de bateau depuis la côte nord d’Iriomote jusqu’à Barasu, une minuscule île de coraux autour de laquelle la faune maritime est exceptionnelle, dont des tortues de mer que vous verrez nager dans les eaux turquoises au son du chant des baleines.   Restez sur place à la tombée du jour afin d’admirer un superbe coucher du soleil. Vous trouverez également de très belles plages en vous rendant sur l’île de Yubu située à l'est. Pour y accéder, un moyen de transport peu commun vous sera proposé, à savoir des chariots tirés par des buffles sur les plages de sables fin ! Mon, 16 Apr 2018 15:43:43 +0900 La région de Kochi, berceau de l'île de Shikoku http:///blog/item/11596.html http:///blog/item/11596.html   Nombreux sont les visiteurs qui souhaitent s’aventurer loin des grandes villes de l’archipel et découvrir les secrets cachés des espaces naturels du Japon, des petites villes et quartiers anciens. Au sud de l’île de Shikoku, la ville de Kochi et sa région offrent un large choix d’activités et de découvertes, au fin fond de la magnifique campagne japonaise. Autrefois appelé Tosa, la ville de Kochi était le siège du clan Chosokabe qui unifia Shikoku à la fin du XVI ème siècle. Proche de la station “Kochi Jo mae”, se dresse l’un des châteaux les mieux conservés du Japon, construit à l’origine en 1603, il fut en partie détruit par un incendie 2 siècles plus tard mais une grande partie de sa structure a été épargnée.  Ce château est fortement recommandé au printemps pour admirer les nombreux cerisiers en fleurs qui l’entourent. Proche du château, vous pourrez déguster les spécialités de la région (boeuf noir d’Okawa, Bonite grillée à la sauce ponzu, sauce citronnée) et goûter le délicieux sake, au marché Hirome, du nom du chef cuisinier du seigneur féodal de Tosa, Shigeaki Hirome Fukao. Au sud-est, vers le cap Muroto, qui s’étend vers l’océan pacifique, la ville de Muroto conserve un quartier ancien. Arpenter les petites rues calmes de Muroto et vous vous imaginerez à l’époque du Japon féodal. Ce quartier est aussi appelé le quartier des typhons, à cause des vents violents qui viennent frapper le cap sud de Shikoku. Mais la très bonne qualité du bois de la région et l’ingéniosité architecturale  permettent encore aujourd’hui à ces vieilles maisons de résister à cette menace. Pour les passionnés d’art, rendez-vous à une heure de train de la ville de Kochi, en direction d’Akaoka, petite ville portuaire abritant le musée du peintre Ekin, célèbre peintre de la fin de la période Edo. En juillet se tient le festival Ekin, en son hommage, Ekin ayant vécu une grande partie de sa vie dans la ville d’Akaoka. Non loin de Muroto, à Kitagawa, vous trouverez également une réplique très réussie du jardin de Giverny de Claude Monet ! Quelques kilomètres au nord, vous pourrez vous rendre aux très impressionnantes grottes calcaires de Ryuga, où on été découverts des vestiges de la préhistoire, plus particulièrement de la période Yayoi, (400 av J.C - 250 av J.C). En plus d’être un site archéologique majeur, c’est un site naturel magnifique. Le centre de Shikoku est montagneux, le paysage est grandiose, vous vous ne lasserez pas de cette somptueuse et calme  campagne japonaise. A environ une heure au nord de la gare de Kochi, vous pourrez accéder à un panorama fantastique sur une véritable mer de nuages en vous rendant au point d’observation de la petite ville d’Otoyo. De là, vous verrez les pics montagneux qui vous entourent, tels que le mont Kajigamori culminant à 1395 mètres qui offre de belles possibilités de randonnées. (notez que le point d’observation d’Otoyo n’est pas accessible le mardi et ouvert de 10h à 17h). Une des plus belles randonnées de la région se trouve au parc naturel de Nakatsu Keikoku à l’ouest. Vous pouvez y accéder en transport depuis la gare de Kochi en empruntant la ligne JR Dosan, jusqu’à la station Nishi-Sakawa, puis un bus vous conduira  jusqu’au point de départ de la marche. La randonnée longe en partie la rivière et les sublimes cascades cachées dans de gigantesques gouffres. Vous aurez aussi l’occasion de vous relaxer dans les sources d’eau chaude de Nakatsu Keikoku Yunomori proche de l’arrêt de bus. Vous y trouverez des bains extérieurs entourés par la belle nature avoisinante. Au nord, la région de Niyodogawa est à ne pas manquer pour profiter d’une balade au bord de la rivière Kitagawa où dans la rivière à bord d’un rafting où d‘un kayak ! A l’ouest de cette partie de Kochi, le mont Myojin vaut le détour, notamment en hiver pour ses magnifiques murs de glaces des cascades gelées en hiver, entre décembre et février. En Septembre, des pêcheurs viennent la nuit, naviguer sur la rivière Niyodo. Ils portent avec eux des torches enflammées qui illuminent la vallée, et pêchent le “Ayu”, poisson d’eau douce que l’on trouve généralement dans les eaux glacées de Hokkaido. Cette pêche traditionnelle est nommée Hiburi-ryo, c’est un spectacle  unique, et vous serez chanceux d’y assister ! Pour cela, rendez-vous au Parc Hakawa, non loin de la ville de Kochi.   Tue, 10 Apr 2018 10:50:48 +0900 Découverte du Parc National d’Ise-Shima http:///blog/item/11587.html http:///blog/item/11587.html   Relativement facile d’accès depuis la plupart des grandes villes telles que Osaka, Kyoto, Nagoya, le parc national d’Ise-Shima, situé dans la préfecture de Mie, est proche de la côte où s’étendent à l’horizon plus de 60 îles. A votre arrivée à la gare d’Ise, empruntez le bus jusqu’à la station Naigu,( 内宮), le terminus. Vous serez à 10 minutes à pied d’une des plus importantes concentrations de sanctuaires Shintoïstes du Japon, Ise-JIngu. Vous accéderez à l'intérieur du parc par le pont Ujibashi au nord, magnifique pont de bois décrit comme la passage du monde païen au monde sacré.Ces sanctuaires sont dédiés à la déesse suprême Amaterasu-Omikami , déesse du soleil et Toyouke-Omikami déesse de l’agriculture. Si vous voyagez à Tokyo, vous pouvez aussi visiter un des temples rattaché à Ise-jingu, en vous rendant au Tokyo Daijingu, près de la gare d’ Iidabashi. A Ise-JIngu sont effectués chaque jour des rituels au nom de ces divinités et tous les 20 ans est construit un nouveau temple à l’architecture similaire aux précédents. Visiter Ise-jingu est une balade tout à fait mystique et dépaysante car vous vous retrouverez au milieu d’une forêt de cèdres où s’élèvent ces sanctuaires aux toits en forme de mains en prières, où  prêtres Shintoïstes marchent en parade, lors des rituels, accompagnés du son des Wadaikos (tambours) aussi appelés Taikos. Au nord d’Ise-Jingu, vous pourrez admirez la reconstitution de quartiers de l’époque Edo et Meiji en vous rendant à Ohara-Machi, et Okage-Yokocho. Moins peuplé par les touristes et tout aussi beau par son architecture ancienne, le quartier de Kawasaki mérite aussi une balade. Ici, vous trouverez de nombreuses échoppes vous proposant de goûter la gastronomie locale.  La cuisine d’Ise-Shima est avant tout basée sur les produits de la mer. Vous dégusterez homards grillés, les huîtres, où abalones fraîchement pêchés. L’un des plats connus de la préfecture de Mie est le Tekone-Zushi, sushis à base de viande rouge de thon et de bonite. C’est un plat traditionnel préparé autrefois par les pêcheurs, mais aussi par les "Ama", les plongeuses sous-marines du Japon. Ces femmes plongeuses respectent une tradition qui serait vieille de 2000 ans et plongent en apnée aujourd’hui encore pour attraper le plus souvent oursins, homards, et algues comestibles. N’hésitez pas à les rencontrer, vous pourrez vous rendre dans la zone de Toba sur la côte est entre Ise et Shima, à l’Ama hut de Hachiman Kamado !(information et accès à l’adresse http://amakoya.com ) La région bénéficie également d’une viande de porc de qualité originaire de la ville de Tamaki, au nord. Elle se savoure coupée très finement et est connue pour son odeur douce et sa chaire tendre. La région de Tamaki est aussi fortement conseillée pour sa campagne sublime et ses Onsens de qualité. En vous rapprochant de la côte sud, vous pourrez admirer la magnifique baie d’Ago ponctuée par de nombreuses îles. Depuis la ville de Shima, devant l’hôtel de ville, un bus vous conduira directement au point d’observation de Yokoyama, en 30 minutes. De là, vous aurez une vue incroyable sur le littoral. L’île la plus habitée de la baie d’Ago est Kashikojima, qui comme beaucoup d’îles de la région, est connue pour l’artisanat de la perle. Vous trouverez ici beaucoup de petites boutiques artisanales où l’on vous proposera de créer vous même vos accessoires. L’île de Mikimoto, baptisé île de la perle est également recommandée pour cette activité. Depuis le port de Kashikojima, vous pourrez aisément embarquer à bord d’un bateau afin de découvrir le paysage de la baie depuis la mer.   Du côté de la ville d’Ise, près du littoral, un très beau sanctuaire Shinto est construit sur deux rochers au milieu des eaux. Il s’agit du sanctuaire Futami Okitama dont les deux rochers, appelés Meoto iwa, sont symboles du mariage, tous les deux rattachés par une lourde corde de paille de riz. Ce temple est fortement conseillé pour admirer de magnifiques couchers du soleil. Thu, 05 Apr 2018 11:50:02 +0900 Hakodate, l'extrême sud de la grande île du nord du Japon http:///blog/item/11580.html http:///blog/item/11580.html   Situé à l’extrême sud de la grande île de Hokkaido, la ville de Hakodate est une destination de choix pour les mois chauds de l’été. Contrairement au reste de l’archipel, mis à part les villes d’altitude, Hakodate bénéficie d’un climat doux et agréable. Les températures sont en général de 25 degrés et il y a surtout peu d’humidité. Concernant ses origines, la ville connue aujourd’hui comme Hakodate, remonte au XIVème siècle. Des populations du Honsu seraient remontées au nord de l’archipel et se seraient confrontées au peuple “Ezo”, que l’on connaît aujourd’hui par le nom “Aïnou”. Au XVIIème siècle, la Russie avança vers le sud, notamment vers les îles Sakhalines et Kuril jusqu’à la ville de Hakodate   La ville, par son passé, est ainsi incroyablement riche culturellement et historiquement et diffère largement de ce que l’on peut trouver dans le reste du Japon. Cependant, comme beaucoup de ports historiques, tel que Nagasaki, on trouve beaucoup de traces de civilisations étrangères dans l’architecture de la ville. Ainsi, profitez d’une balade agréable non loin de la mer au nord du mont Hakodate dans les larges rues de la ville jusqu’à l’église Orthodoxe. Elle se trouve à 5 minutes à pieds de la station de tramways Jujigai. Vous marcherez dans des rues pavées entourées de murets de pierre. A votre gauche se trouve également la très belle église de Motomachi, de style romane. L’église Orthodoxe, sur votre droite, est construite dans un petit terrain de verdure, son architecture est superbe, et contraste parfaitement avec le paysage alentour. Proche de ces deux monuments, vous ne serez pas loin du mont Hakodate, dont le sommet est accessible par le téléphérique. C’est un point d’observation conseillé la nuit tombée car il offre un panorama superbe sur l’ensemble de la ville illuminée et la baie de Hakodate. De retour à la ligne de tramway, rendez-vous à la station suivante, Suehirocho, pour visiter le musée des peuples du nord, notamment dédié à la civilisation Aïnou. A l’est du mont Hakodate, près de la station Yachigashira, est construit le temple Hachimangu, vieux de plus de 100 ans, entouré par la forêt du mont Hakodate. Vous pourrez aussi admirer l’architecture superbe du temple Koryu-ji au nord du mont, à 10 minutes à pied de la station Hakodate dock mae. Vous pourrez ensuite vous balader au parc Goryokaku au centre de la ville, qui au printemps, est recouvert de cerisiers en fleurs.   Au printemps et en été, de nombreux festivals sont organisés chaque année. Au mois de mai, le festival Goryokaku célèbre la bataille de Hakodate qui eu lieu en 1869 et opposa les derniers samouraïs aux forces gouvernementales de la nouvelle ère du Japon. Plusieurs milliers de personnes vêtues d’habits traditionnels de combat défilent dans les rues et commémorent également la mort d’un samouraï très populaire, Hijikata Toshizo. En août, le festival du port de Hakodate accueille de nombreuses parades de danseurs traditionnels qui parcourent les rues de la ville. Le soir, un grand feu d’artifice est tiré depuis le port, profitez en pour vous rendre en haut du mont et observer le spectacle ! De Hakodate, vous aurez facilement accès à certains des plus beaux sites naturels de Hokkaido. Le parc quasi national de Onuma, offre de nombreuses possibilités de randonnées, à pied ou en Kayak sur le grand lac Onuma long de plus de 10 kilomètres. Depuis la gare de Hakodate, vous pourrez y accéder en à peu près 30 minutes en train JR.   Sur la côte Sud est de Hokkaido, depuis Hakodate, vous atteindrez en 2 heures environs la région du mont Esan, offrant une très belle balade sur le mont lui même où au bord de la mer. Vous trouverez des bains de sources d’eau chaude du volcan avec vue sur la mer aux onsens Mizunashikaihin. L'île d'Hokkaido est connue pour ses mets savoureux et sa cuisine, essentiellement basée sur les produits de la mer, est très réputée au Japon. A Hakodate, vous savourerez les bols de riz aux fruits de mer dans lesquels vous trouverez de l'oursin, du crabe, des crevettes roses, oeufs de poissons et poissons fraîchement pêchés. Les izakayas, (restaurants de types tapas japonais) vous proposeront une large variété de choix de ces mets accompagnés d'un délicieux sake. Mon, 02 Apr 2018 09:50:59 +0900 Découverte des plus beaux sites naturels de la préfecture de Tochigi http:///blog/item/11566.html http:///blog/item/11566.html Située à environ  100 kilomètres au nord de Tokyo, vous atteindrez aisément la préfecture de Tochigi et pourrez profiter au printemps et en été de nombreuses activités de plein air qu’offre cette région. Au départ de Tokyo, en à peine 3 heures de train, vous vous retrouverez dans l’un des plus beaux sites naturels de l’archipel, le lac Chuzenji. A votre arrivée à Nikkō, emprunter le bus à la station Tobu-Nikkō  qui vous conduira en environ 1 heure au bord du lac. Commencez par vous rendre aux cascades de Kegon, hautes de plus de 100 mètres, elles sont classées aujourd'hui au patrimoine mondial de l'UNESCO. Rendez-vous directement à la plateforme d’observation Akechidaira depuis le téléphérique pour admirer les superbes cascades et le lac en arrière plan.   Le lac est entouré de plusieurs sommets montagneux et offre un panel de possibilité de randonnées très large, soit autour du lac, soit en choisissant l’un des sommet à gravir ! La randonnée la plus conseillée est celle du mont Nantai. Vous pouvez atteindre son sommet en à peu près 3 heures de marches suivant votre vitesse. Sur le chemin menant au sommet, vous croiserez  de nombreux sanctuaires Shintoïstes perdus dans la forêt et escaladerez plusieurs chemins en escaliers de pierres. Après tous vos efforts, vous atteindrez enfin le sommet et aurez une vue imprenable sur le lac et la nature environnante ! A votre retour, allez détendre vos muscles dans les sources d’eaux chaudes de “Chuzenji onsen”, situées près de la station de bus. Si vous préférez profiter du paysage en vous relaxant, ne vous privez pas d’une petite croisière sur la lac. Vous trouverez à 5 minutes à pied du onsen, les ports de départ des croisières à bord d’un des tout nouveau bateaux fonctionnant à l’énergie solaire. Cette balade est également conseillée en automne pour admirer le changement de couleurs des feuilles des arbres des forêts entourant le lac.   A une trentaine de kilomètres du lac Chuzenji, le village de Kinugawa Onsen vaut également le détour. En plus des sources d’eau chaude volcanique de qualité, tentez l’aventure d’une descente de la rivière Kinugawa en bateaux de bois traditionnels. Des bateliers vous feront voguer à travers les rapides de la rivières et vous conduirons dans la vallée pour découvrir des paysages sublimes. Le service est disponible de 9h00 à 15h45 et de début avril à fin octobre. Pour y accéder, marcher 5 minutes à partir de la gare de Kinugawa onsen. Notez aussi que depuis la gare de Kinugawaonsen, vous atteindrez en 20 minutes de marches un point d'observation offrant un superbe panorama sur la rivière et la vallée verdoyante. De mai à juin, poussent dans la préfecture de Tochigi, les meilleurs fraises du Japon. Vous trouverez un peu partout de nombreux spots vous permettant de les cueillir vous même.  La température idéale et le sol fertile de la région donnent naissance à plusieurs variétés de fraises délicieuses. Pour connaître les lieux de culture de fraises de Tochigi, rendez-vous sur le site http://www.agrinet.pref.tochigi.lg.jp/strawberry-kingdom-tochigi/ . Wed, 28 Mar 2018 11:06:00 +0900 Les festivals printaniers de la région de Yamanashi http:///blog/item/11563.html http:///blog/item/11563.html   En cette fin de mois de mars, les températures  printanières sont déjà au rendez-vous et l’on commence à observer à Tokyo, la floraison de milliers de superbes cerisiers en fleurs. Avec l’altitude, les cerisiers fleurissent plus tardivement. Il est difficile de choisir à l’avance les meilleurs endroits pour assister à ce spectacle. Mais de fin mars jusqu’au mois de mai, la préfecture de Yamanashi, connue comme étant le région du mont Fuji, est un véritable trésor pour les amoureux de l’arrivée du printemps au Japon. A Mukawacho Yamataka, près du temple Jisso-ji, un magnifique cerisier âgé de presque  2000 ans fleurit encore en début du mois d’avril. C’est un des arbres les plus vieux du japon, désigné monument naturel national. Ce cerisier fait partie de la famille des cerisiers Edo higan (Higan signifiant la période printanière et Edo la partie du Japon proche de la capitale où il pousse en grand nombre). Son âge se reflète par sa taille impressionnante, d’une hauteur de presque 10 mètres et d’une largeur tout aussi élevée. Il aurait été planté par le prince légendaire Yamato Takeru-no-mikoto,  fils de l’empereur Keiko, 12ème empereur du Japon, qui aurait vécu au 2ème siècle après J.C. Depuis, ce cerisier survit miraculeusement aux rudes hivers, et fleurit toujours chaque année pour notre plus grand bonheur. Tout aussi majestueux, près de la ville de Nirasaki, vous pourrez admirer le cerisier de Wanizuka, un cerisier vieux de plus de 300 ans, qui fleurit vers le début du mois d’avril et derrière lequel on peut apercevoir le mont Fuji et un paysage de montagne à couper le souffle. Dans la région des 5 lacs, notamment  au lac Kawaguchi à l’est de la préfecture de Yamanashi, vous aurez également la possibilité d’admirer le mont Fuji dont la couleur du sommet enneigé contraste parfaitement avec les pétales roses des cerisiers et le reflet qui se dessine dans l’étendue bleu du grand lac. Le festival des cerisiers de Kawaguchi se tient du 15 au 22 avril.   Au sud du lac Motosu, également proche du mont Fuji, se tient chaque année du 21 avril au 20 mai, le festival shibazakura. Les fleurs du shibazakura sont composées de 5 pétales aux couleurs mauve, rose, bleu et blanc et tapissent à merveille les champs qui s’étendent jusqu'à l’horizon où se dresse le mont Fuji. C’est une événement à ne  pas manquer, où vous pourrez aussi savourer la cuisine locale. Ici, on vous proposera de déguster le Yoshida Udon. Les "udon" sont des nouilles épaisses faites à partir de farine de blé tendre et cuisinées dans différentes sortes de bouillons , que l’on peut consommer froides ou chaudes. Les Yoshida Udon sont préparées avec l’eau du mont Fuji, dans laquelle on fait bouillir de la viande, des légumes, du miso et du soja. Prêt de la ville de Fuefuki, ne ratez pas la floraison des nombreux pêchers plantés dans la région, dont les pétales à la couleur rosée sont comparable à ceux des cerisiers. Tue, 27 Mar 2018 11:36:18 +0900 Nagasaki, ville japonaise aux influences européennes http:///blog/item/11554.html http:///blog/item/11554.html   La ville de Nagasaki possède une richesse historique et culturelle unique au Japon par ses influences internationales nombreuses. Au XVI et XVII ème siècle, Nagasaki était l’un des ports principaux d’escales des populations européennes en quête d’exploration. On compte parmis eux les portugais, peut-être les plus influents à Nagasaki. Ceux-ci accostaient  au port de Nagasaki après avoir commercialisés avec la Chine. Bien souvent, les Portugais achetaient de la soie aux Chinois pour la revendre ensuite aux Japonais en échange d’or, d’armures de samouraïs, où de tissus. Estampe représentant l'arrivée des premiers colons portugais au Japon     Nagasaki était au XVI ème siècle, la ville la plus christianisée du Japon. Les principaux vestiges de l’arrivée de la civilisation européenne sont  les églises et de cathédrales encore implantées dans le paysage Japonais. Nagasaki conserve une des plus grandes cathédrales du Japon, la cathédrale Urakami, de style romane, qui fut construite en hommage au chrétiens persécutés au Japon sous le shogunat Tokugawa. Détruite pendant la seconde guerre mondiale par la bombe atomique, elle fut totalement reconstruite de manière identique. Une statue de Marie ayant miraculeusement été épargnée par la bombe y figure toujours aujourd’hui. Près de la cathédrale se trouve le parc commémoratif où une imposante statue pointe son doigt vers le ciel rappelant  la tristement célèbre journée du 9 août 1945. Non loin du parc se situe également le musée de la bombe atomique, rendant également hommage aux victimes.   Au sud de la ville, vous trouverez l’église de Oura, à l’architecture gothique construite à la fin de la période Edo, mais tout comme Urakami, en partie reconstruite après 1945. Cette église rend hommage au 26 martyrs chrétiens exécutés en 1597. Cette église à l’architecture magnifique  est l’une des plus anciennes du Japon. En plus de l'architecture de ces monuments religieux, on trouve au Japon, notamment dans la cuisine une forte influence de la péninsule ibérique. A Nagasaki, vous savourerez le délicieux "Kasutera", gâteau pouvant rappeler une gênoise, dont le nom est un dérivé de pão de castela (pain de Castille) qui fut introduit au Japon par les missionaires Portugais au XVI ème siècle. Cette même période est aussi à l'origine de la recette du Tempura, inspiré d'une recette portugaise, ce sont des beignets de poissons, crevettes où légumes que les Japonais savourent souvent accompagnés de soba (nouilles de sarrasin). Les tempuras sont très réputés à Nagasaki bien qu'ils soient très populaires dans tout le Japon. Fri, 23 Mar 2018 09:44:51 +0900 La région de Tajima : Kinosaki onsen http:///blog/item/11536.html http:///blog/item/11536.html   De Kyoto, il vous faudra environ 2h30 en train pour ajouter une autre touche culturelle et historique à votre voyage, en vous rendant à Kinosaki onsen, petit village côtier de la préfecture de Tajima. A votre arrivée, vous pourrez vous détendre dans un des nombreux hébergements traditionnels japonais (ryokan). De là, vous pourrez facilement explorer les alentours. Tout comme les anciens quartiers de Kyoto, le type d’architecture de Kinosaki Onsen est très ancien. Malgré le tremblement de terre qui ravagea Tajima en 1925, Kinosaki onsen fut  reconstruite de manière fidèle à la tradition architecturale d’origine. De plus, avec de plus de 1300 ans d’histoire et de légendes, la visiter vous fera voyager dans le temps. La ville  se divise des deux côtés de la rivière Maruyama qui traverse les petites rues reliées par de petits ponts de pierre. La rivière, à la manière d’un petit canal, est bordé de petits murets et au printemps s’y ajoute de magnifiques cerisiers en fleurs. Il est très courant pour les visiteurs, lors des belles saisons, de se vêtir d’un Yukata (Kimono au tissu léger) et de se promener dans les ruelles. En été se tient le festival des lanternes, où des centaines de lanternes de toutes les couleurs  flottent sur la rivière. De plus, de fin juillet à fin août, un feu d’artifice y est tiré chaque soir. Vous trouverez beaucoup de petits restaurants traditionnels où vous pourrez goûter les spécialités de la région de Tajima. Le boeuf de Tajima étant l’un des plats les plus célèbres de la région, il est l’équivalent du célèbre boeuf de Kobe. Pour les amateurs de produits de la mer, le crabe matsuba, le délicieux crabe des neiges  du Japon ( pêché de novembre à mars) y est très réputé pour sa chaire incroyablement tendre et moelleuse. Il se déguste de toutes les façons, bouilli, en sushi où en sashimi. La ville de Kinosaki onsen comme son nom l’indique est aussi très appréciée pour ses superbes onsens, sources d’eau chaude volcanique. Ici, vous trouverez sept célèbres onsens de grande qualité, en plus de ceux proposés bien souvent dans les ryokans. L’eau des bains est ici d’environ 42 degrés et sa composition riche en éléments minéraux est particulièrement bonne pour la santé. Vous trouverez des bassins intérieurs dans les bâtiments traditionnels mais aussi des bassins extérieurs entourés de nature verdoyante.   A 15 minutes à pied de la gare de Kinosaki Onsen, vous pourrez emprunter le téléphérique qui vous conduira au sommet du mont Daishi qui vous offrira une vue sublime sur Kinosaki onsen, la rivière Maruyama s’écoulant entre les montagnes et le littoral bordant la mer du Japon. Vous pouvez aussi vous arrêter à la première station et vous rendre au temple Onsenji dédié à la légende du moine bouddhiste, Douchi Shonin, qui pria pour la santé des habitants et mena à l’apparition des premiers onsens de la région.   De la station Kinosaki onsen, vous atteindrez facilement avec les lignes JR, la station Takeno. La plage de Takeno est vivement conseillé pour ses activités balnéaires. Vous pourrez participer aux balades en kayak le long du magnifique littoral aux eaux turquoises ! Tue, 20 Mar 2018 11:19:49 +0900 Aventure dans le monde légendaire de Takachiho http:///blog/item/11514.html http:///blog/item/11514.html   Le shintoïsme est l’esprit du respect de la nature, et l’on trouve dans presque tous les sites naturels, des traces du passage de l’homme, de modestes sanctuaires en lien avec les kamis, les dieux présents dans chaque élément de l’univers. La divinité la plus importante est la déesse du soleil, Amaterasu. La légende raconte qu’elle se réfugia dans une grotte, suite à la dispute avec le dieux de la tempête, Susanoo, son frère. Le monde est alors plongé dans une totale obscurité. Les autres kamis, dont la déesse de la gaieté, Ama no Uzume, se réunirent près de la grotte et organisèrent une grande fête en proclamant la beauté d’Amaterasu. Le monde connu  à nouveau la lumière. Cette légende trouve ses racines dans les gorges de Takachiho ,sur l’île de Kyushu dans la préfecture de Miyazaki, à environ 80 kilomètres à l’est de la ville de  Kumamoto. Les gorges auraient été creusées par l’éruption du volcan Aso au nord, dont la lave s’écoula dans la vallée, le long de la rivière Gokase. A votre arrivée dans la ville de Takachiho, vous aurez un bel aperçu de la région et de ses magnifiques paysages en empruntant la ligne de train Amaterasu. Ici, vous êtes au coeur de la campagne japonaise. Autour de vous, les montagnes encerclent des champs et modestes habitations dans un décor des plus dépaysants. Les gorges de Takachiho se trouvent à seulement 2 kilomètres de la station de bus, il est donc facile d’y accéder. Vous pourrez ensuite louer une petite barque et partir à l’aventure. Le coût de la location d’un bateau (3 personnes max.)  pour 30 minutes est de 2000 yens. (Noter qu’il n’est généralement pas possible d’effectuer cette balade en barque lors des jours de pluie à cause de la crue pouvant être dangereuse). Dans votre frêle esquif, tel un explorateur, vous ramerez au milieu de murs naturels et cavités de plus de 100 mètres de haut, entouré de verdure et de magnifiques cascades. Vous pouvez également longer les gorges à pieds et apprécier cette toile sublime du dessus, traversant de magnifiques ponts de pierres. A environ 20 minutes à pieds, vous trouverez au nord des gorges, le temple shinto de takachiho, en respect à la lumière de la déesse Amaterasu. Chaque année, on y  pratique le “Yokagura”, une danse théâtrale shinto où les danseurs portant des masques traditionnels, relatent les légendes de la région. En général, ce festival se tient de fin novembre à janvier, mais il est possible d’assister à ces danses chaque soir au temple de Takachiho entre 20h et 21h. A 5 kilomètres à l’ouest, il est conseillé de se rendre au mont Kunimigaoka, du haut duquel vous aurez une vue magnifique notamment sur le mont Aso et la rivière Gokase. De mi-septembre à novembre, rendez-vous en haut du mont au petit matin et vous aurez vue sur une superbe mer de nuages ! Wed, 14 Mar 2018 11:17:20 +0900 Méditer au coeur du Japon Zen dans la région de Fukui http:///blog/item/11512.html http:///blog/item/11512.html   Sur la côte est de l'archipel, entre les préfectures d’Ishikawa au Nord et de Kyoto au Sud, la préfecture de Fukui est le berceau de la culture Zen et de la méditation au Japon. C’est une région à visiter aussi pour ses très beaux paysages de bord de mer, et de montagnes. Il est assez facile d’y accéder par le shinkansen depuis Osaka. Ensuite, vous vous déplacerez très aisément du nord au sud de la préfecture de Fukui en empruntant les nombreuses lignes JR. Dans cette région, vous visiterez certains des plus anciens temples Zen du Japon. Entre la ville même de Fukui à l’est et les montagnes de Daibutsu Jisan et Kengadake qui s’élèvent à l’est, vous trouverez énormément de temples bouddhistes perdus dans les forêts et les grands parcs. L’un des plus anciens est le temple Eiheiji établit en 1244 par Dogen Zenji, le fondateur du bouddhisme Zen Soto, qui le définissait ainsi : “ Le Zen, c’est simplement s’asseoir sans pensée, en oubliant le corps et l’esprit. Abandonnez corps et esprit, et installez vous en plein bouddhisme en pratiquant avec les autres,sans a priori, et alors vous atteindrez la voie” Et ce sera votre volonté lorsque vous entrerez dans cette forêt de grands et majestueux séquoias encerclant le temple. Il vous est proposé de tenter l'expérience de la méditation à l'intérieur du temple alors n’hésitez pas à réserver ! (info@fukuitourguides.org). Prenez le temps de vous promener et visiter d'autres merveilles aux alentours. En marchant vers le sud vous atteindrez facilement le parc Aiiwayama, où sont cachés encore au milieu des arbres, de vieux vestiges tels que des pierres gravées, d'autres superbes temples et bonshō (grandes cloches pour appeler les moines à la prière). La ville de Katsuyama conserve l’une des plus grandes statues de bouddha du Japon, haute de plus de 17 mètres (plus haute que le Daibutsu de Nara) et le temple érigé sur une colline offre une vue superbe sur la ville et les montagnes qui l’entourent.   Ne ratez pas l’occasion de savourer la traditionnelle cuisine Zen telle que le Shojin Ryori, cuisine végétarienne. Vous goûterez aussi le “gomadofu”, tofu fabriqué à base de graines de sésames que vous pouvez accompagner de miso (pâte fermentée de soja). Vous trouverez aussi  le tofu grillé appelé “abraage”, aliment principal du “Udon Kitsune” (kitsune signifiant renard), l’abragge étant dans les légendes du Japon, le plat favori du renard.   En bord de mer, la ville d’Obama offre un des plus beaux sites naturels de la région avec ses falaises aux formes étranges, cascades et grottes  s’étendant sur plus de 6 kilomètres. Vous pouvez profiter d’une croisière et admirer l’un des plus beaux littoraux du Japon depuis la mer. (noter que les excursions en bateau ne sont pas accessible de Décembre à Février). Vous aurez également de faire une superbe  balade en mer en kayak depuis la plage de” Ano” situé à 7 kilomètres de la gare d’Obama. La côte offre d’autres nombreuses activités comme les sources chaudes d’Echizen, onsens avec une vue sur la mer, ouvert en général jusqu’à  22h ce qui vous laisse le temps de vous relaxer en contemplant un magnifique coucher du soleil. Si vous voyagez avec des enfants il est fortement conseillé de se rendre  au musée de dinosaures de Fukui proche de Katsuyama, où vous pourrez vous improviser paléontologue et effectuer vous même des fouilles dans de vieilles excavations. Le musée est situé dans le grand parc de Nagaoyama, et offre de nombreuses autres attractions. Tue, 13 Mar 2018 11:32:48 +0900 Les alpes japonaises : la vallée de Kamikochi http:///blog/item/11499.html http:///blog/item/11499.html   L’arrivée des belles saisons offre aux voyageurs un large choix de visites de sites inaccessibles en hiver. Pour des paysages spectaculaires de haute montagne, quoi de mieux que de rejoindre les alpes japonaises et les belles vallées qui les traversent. Un de ces sites incontournables est la vallée de Kamikochi située à l’ouest de la ville de Matsumoto. Depuis Matsumoto, vous emprunterez le train jusqu’à Shin-shimashima, puis un bus vous conduira à Kamikochi. Cette vallée est encerclée par de hautes montagnes culminant à 3000 mètres comme le mont Oku-Hokotadake. L’un des plus connus dans l’histoire de la région est le mont Yakedake, volcan dont les anciennes éruptions ont transformé le paysage avec l’apparition du site naturel de Taisho Pond, magnifique lac entouré de forêts et de pics encore enneigés au printemps. Depuis des siècles au Japon, ces sites de hautes montagnes sont des lieux sacrés, et car proches des divinités. La marche est alors une recherche spirituelle et l’on trouve encore de vieux sanctuaires cachés. En septembre (aux alentours du 26-27) vous pourrez assister au festival “Ofune Matsuri”, où des prêtres vêtus d’habits traditionnels shinto voguent sur de petites barques sur la rivière Azusa pour commémorer les anciennes populations de pêcheurs qui vivaient dans ces vallées. L’une des randonnées la plus belle de ce site est le chemin qui rejoint le lac “Taisho Pond” en longeant la rivière. C’est une marche de 8 kilomètres environ où vous traverserez de magnifiques forêts de sapins et petites prairies verdoyantes en rejoignant ensuite la rivière jusqu’à votre arrivée au lac. A l’arrivée de l’automne, les feuilles des arbres jaunissent et le contraste avec la couleur bleue claire du lac reflétant le montagnes est sublime. Depuis Kamikochi, vous pouvez aussi emprunter le chemin vers le nord en direction du lac "Myojin pond" aussi réputé pour sa beauté. Durant votre marche, vous croiserez des macaques japonais que vous verrez grimper aux arbres, (Il est conseillé d’éviter de les prendre en photo de trop prêt et de respecter leur environnement naturel). A votre retour au centre de Kamikochi, reposez vous dans  les onsens (sources chaudes volcaniques) de très bonne qualité et promenez vous près du pont de kappa, pont de bois suspendu qui offre une superbe vue sur la vallée. Vous trouverez non loin de là, des petits restaurants très sympas avec une vue  magnifique sur la montagne. On vous proposera toutes sortes de plats, tel que le Kare (recette de viandes et légumes au curry), tonkatsu (porc pané), où un véritable washoku, plat japonais (en général du poisson) comprenant à la fois le riz, la soupe miso, et ce que l’on appel tsukemono, des petits légumes croquants au goût vinaigré. Vous trouverez également des ramens, des restaurants de soba (nouilles de sarrasin) et si vous souhaitez déjeuner en bord de rivière lors de votre marche, pensez à vous procurer un délicieux “bentô” que l’on vous préparera avec soin enveloppé dans du bois très fin très facile à transporter lors d'une marche en montagne. Tue, 06 Mar 2018 11:17:13 +0900 Sur la trace des Samouraïs de Kakunodate (Akita) http:///blog/item/11483.html http:///blog/item/11483.html La région d’Akita est située entre la préfecture de Miyagi et d’Aomori au nord du Japon. Nous sommes en pleine période Edo, et le Japon est partagé entre plusieurs provinces dirigées par des seigneurs tel que Yohikatsu Ashina qui fit ériger la ville de Kakunodate en 1620, peu de temps après la mort du Shogun Tokugawa Ieyasu et au début du Shogunat de Tokugawa Iemitsu. Il fit fortifier la ville autour d’un château mais celui ci fût détruit très vite après sa construction. Kakunodate est un héritage remarquable de l’architecture ancienne de l’époque des samouraïs. Construite sur une plaine entourée de collines, elle longe la rivière Hinokinai, qui, au début du printemps, est bordée de centaines de magnifiques cerisiers en fleurs. Son quartier ancien est entouré d’une nature superbe. Lors des belles saisons, il est très agréable de contempler ces maisons de bois cachées entre les arbres. Vous pouvez vous rendre à Kakunodate en empruntant la ligne de shinkansen d’Akita depuis la gare de Tokyo. Compter un trajet d’un peu moins de quatre heures. Depuis la gare de Kakunodate, vous atteindrez facilement à pied en 15 minutes le quartier où vivaient plus de 80 familles de samouraïs sous l’autorité du seigneur (où Daimyo) qui représentait le Shogun dans cette province. Afin de mieux connaître les secrets de la vie quotidienne du Japon féodal, il est conseillé de vous rendre au manoir  Aoyagi que vous trouverez dans le quartier nord. Cette superbe demeure est l’une des plus grandes  et compte un superbe musée de samouraïs où vous pourrez découvrir l’histoire de la famille Aoyagi, vassale du seigneur Yohikatsu Ashina. Aussi, ce musée est riche de nombreux vestiges et sachez qu’il vous est possible de réserver une expérience unique, à savoir  le port d’une véritable armure de guerrier samouraïs ! Vous y trouverez aussi une galerie d’art, un marché d’antiquités, un atelier d’artisanat ancien ainsi qu’un jardin et un salon de thé pour vous reposer et profiter du calme de la nature avoisinante.   Une des  plus vieilles maisons de ce district est la maison de Ishiguro, avec son toit en chaume, incroyablement bien préservée.  Beaucoup d’autres maisons de ces célèbres familles valent le coup d’oeil, alors pensez à vérifier les jours d’ouverture de chaque maison que vous souhaitez visiter avant votre périple ! Vous pouvez visiter tout le quartier en louant un vélo pour 300 yens de l’heure, à pied où en pousse-pousse. De nombreux festivals sont organisés à chaque saison. Au printemps, vous aurez bien sûr l’occasion de profiter de la fête des sakuras (cerisiers) et de leur magnifique fleurissement au bord de la rivière. En été se tient le festival de la danse Sasara (la danse du lion) où  de nombreux musiciens et danseurs, aux masques et costumes traditionnels, défilent dans les quartiers anciens. Vous pourrez ainsi vous immerger dans ces quartiers anciens au son de musique traditionnelle. A moins de 10 kilomètres de Kakunodate se trouvent les sublimes “gorges Dakigaeri’, une réserve  naturelle  sublime. Vous contemplerez l’un des plus beaux paysages de la région, avec ses couleurs superbes de forêts verdoyantes traversées par une magnifique rivière et plusieurs cascades. Vous pouvez vous y rendre en empruntant la ligne JR jusqu’à la station Jindai, ensuite il vous faudra marcher environ 4 kilomètres.  Vous pouvez également y accéder en taxi  aucun bus ne faisant ce trajet. Vous êtes dans la province d’Akita, alors ne ratez pas l’occasion de goûter le plat local, le “Kiritanpo”. Il est préparé  avec une pâte de riz que l’on enroule sur des bâtons de bois et que l’on laisse cuire sur les braises. Une marmite est suspendue au dessus du feu entre les bâtons de riz et on y laisse mijoter des légumes et de la viande de poulet. Le Kiritanpo est ensuite en général dégusté  comme un “nabe” (pot au feu japonais). Tue, 27 Feb 2018 11:51:11 +0900 Découverte de la ville historique de Shizuoka http:///blog/item/11478.html http:///blog/item/11478.html   Autrefois appelée “Sunpu”, la ville de Shizuoka est historiquement réputée par son appartenance en 1582 au shogunat du célèbre Tokugawa Ieyasu. A l’époque, la route de Tokaido qui reliait Edo (ancien Tokyo) à Kyoto était empruntée notamment par les seigneurs féodaux, les daimyos mais aussi  les marchands, pèlerins et autres nombreux voyageurs. C’est ainsi que s‘est développée très rapidement  à l’époque la ville de Shizuoka, lieu étape de cette route longue de plus de 480 kilomètres. Aujourd’hui encore, la ville garde les traces de son passé historique et sa région du même nom est riche de nombreuses activités à ne pas manquer. De Tokyo, le Tokaido shinkansen vous y conduira en moins de deux heures. Petit à petit la ligne de Shinkansen se rapproche de la mer et vous pourrez apprécier une vue imprenable sur l’océan pacifique. (Noter cependant que pour admirer le Mont Fuji depuis le shinkansen, il est conseillé de réserver un siège du côté droit du train).   Proche de la côte, vous pourrez visiter le magnifique temple de Kunozan Toshogu dédié à Tokugawa Ieyasu. Ce temple Shinto est accessible de deux manières : vous pouvez emprunter le téléphérique à partir de la station Nihondaira que vous aurez rejoint par le bus depuis la gare de Shizuoka, où si vous êtes en forme, vous pourrez escalader les 1159 marches de l’escalier de pierres du mont Kuno et savourer à votre arrivée la vue sur l’océan. Arrivée au sommet, vous adorerez le sanctuaire coloré et magnifiquement sculpté caché entre les arbres. Non loin de la gare de Shizuoka, vous aurez le plaisir de visiter le grand château de Sunpu, demeure de Tokegawa Ieyasu lors des dernières années de sa vie. Si vous venez apprécier les cerisiers en fleurs, au printemps, des centaines de magnifiques "Sakuras" encerclent  le château et son superbe jardin. Bien avant la période du grand Tokegawa, la ville de Shizuoka à conservé des traces des premières populations du Japon de la période Yayois. (800 avant JC - 250 Av JC). Le superbe musée Toro  vous en apprendra plus sur l’art de vivre de ces populations préhistoriques et éveillera votre curiosité grâce à ses anciennes huttes Yayois reconstituées. Si vous souhaitez vous balader en bord de mer, il est conseillé de se rendre au port de Shimizu dans la péninsule de Miho  où lors des belles journées vous pourrez apercevoir au loin le mont Fuji se dressant derrière la baie de Suruga. Vous y trouverez un marché au poisson où vous pourrez savourer les produits fraîchement pêchés, et goûter aux vrais sashimis locaux !   Shizuoka est connue aussi au Japon comme lieu de prédilection du Oden. Ce plat japonais est constitué de plusieurs sortes de légumes mijotés (pomme de terre, daikon où long radis japonais, Konnyaku) ainsi que des oeufs, des quenelles de poissons (kamaboko) et du Tofu. Ici, il est cuit avec une sauce soja assez forte ce qui donne à son bouillon une couleur assez sombre par rapport aux autres Odens que l’on trouve un peu partout au Japon. Si vous vous trouvez déjà dans la région de Shizuoka en février ou début mars, noter que vous pourrez profiter pleinement de ce que les japonais nomment “hanami”, à savoir la contemplation des cerisiers en fleurs. La préfecture de Shizuoka est vaste et c’est dans la péninsule d’Izu que vous trouverez les magnifiques Kawazu-sakura du même nom que la ville qui en est remplie. Chaque année vers la fin de l’hiver se tient le festival de Kawazu qui accueille de nombreux visiteurs.       Mon, 26 Feb 2018 11:41:39 +0900 La baie sacrée de Matsushima http:///blog/item/11397.html http:///blog/item/11397.html   Situé au nord du Sendai, dans la préfecture de Miyagi. La baie de Matsushima est accessible en Shinkansen de Tokyo en à peu près trois heures de trajet. Lorsque vous faites face à la baie, le paysage qui s’offre à vous est superbe, ponctué de plus de 200 îles et îlots recouverts de forêts de pins maritimes, sur des roches d’un blanc lumineux reflétant lors des plus beaux jours de l’année, une mer bleue turquoise “méditerranéenne”.     Matsushima est un lieu sacré. On trouve sur ces îlots de nombreuses cavités et grottes servant autrefois de sanctuaires pour les moines bouddhistes. Les caves sculptées proches du temples Zuiganji sont exceptionnelles, certaines recouvertes de mousse et entourées de sapins. Durant la période où Kamakura était la capitale du Japon (1192-1333), les moines  utilisaient ces caves comme cinerarium et ce jusqu’à la période Edo, (1606-1867). C’est un lieu sacré d’une importance considérable au Japon tel que le mont Kōya, où l’on prit pour le passage dans le monde pur de la prochaine vie. Vous pourrez visiter le temple dont la rénovation s’achève tout juste au printemps prochain.   Accessible à pied depuis la côte, vous pourrez profiter d’une balade sur l’île d’Oshima en traversant le parc de Matsushima. Vous trouverez un jolie pont de bois au milieu de la verdure que vous emprunterez pour découvrir un point de vue tout à fait différent de la baie. Sur l’île d’Oshima figure également de très belles cavités rocheuses sculptées et sanctuaires bouddhistes. Vous accéderez aussi facilement à pied au temple “Godaido”, magnifique temple datant du IX ème siècle entouré par  la mer. Il est conseillé de faire le tour des îles en  embarquant à bord d’un bateau de tourisme que vous trouverez sur la côte au nord de la station “Matsushimakaigan”. Vous pourrez ainsi découvrir et admirer toutes les points de vue de la baie. Les départs sont possibles toutes les heures de 10h à 15h toute l’année.   Pour les voyageurs printaniers, vous admirerez les cerisiers en fleurs au parc Saigyo Modoshi no Matsu sur une colline au panorama grandiose mêlant couleur rosée des fleurs de Sakura, verdoyante des pins sur le fond bleu marin de l’océan. Non loin de là, vous trouverez le petit musée historique de Date Masamune représentant des figurines de taille humaine de Samouraïs en armure ! Entre fin Octobre et Mars, vous pourrez goûter à la spécialité locale de cette ville balnéaire, les huîtres que l’on fait griller sur de grandes plaques de fonte et que l’on savoure arrosées de jus de citron. Vous trouverez ces petites échoppes le long de la mer un peu plus au nord. Ne ratez pas la visite du vaste marché aux poissons de Shiogama dont plus de 20 stands sont spécialisés dans la vente du célèbre “Maguro”, le délicieux thon japonais fraichement pêché non loin de la baie. On vous proposera pour bas prix (environ 300 yens) un bol de riz accompagné des meilleurs poissons en sashimis et d’une soupe Miso. Rendez vous ensuite à la célèbre maison de thé “kanrantei” en bord de mer et goûter au plaisir d’un thé Matcha (poudre de thé vert) accompagné d’Higashis et Wagashis (petites pâtisserie japonaises) en respirant la douce brise marine. Wed, 21 Feb 2018 11:45:42 +0900 Le village unique et isolé de Shirakawa-gō http:///blog/item/11392.html http:///blog/item/11392.html   Perdu au milieu de la vallée de Shokawa dans  la préfecture  de Gifu, Shirakawa-gō est un village ancien et unique au Japon. Ces maisons ont pour certaines été construites au XI ème siècle et témoignent de l’ingéniosité et de la solidarité d’une population qui combattait de rudes hivers dans un endroit isolé. Les villageois eurent l’idée de construire des toits en chaume, d’un angle assez pentu (ressemblant à des mains en prière), afin de lutter contre les fortes chutes de neige et améliorer l’isolation de l’habitat. De telles maisons nécessitaient le travail d’un vingtaine de personnes, ce qui prouve l’aspect communautaire fort et nécessaire dans cette région reculée. La technique architecturale porte le nom de style Gasshō. Lorsque vous visiterez l’intérieur de la maison, telle que la maison Wada, où la résidence Nagase, vous remarquerez le cordage remarquable des structures de bois d’une rudesse à toute épreuve. De plus, ils permettaient de laisser passer de légers filets de lumières nécessaires à la sériciculture, l’élevage du ver à soie. Le village perpétue cette tradition encore aujourd’hui et il vous sera possible encore aujourd’hui d’assister, dans la maison Tajima, à une démonstration de fabrication de la soie. Pensez à réserver une nuit dans une maison de style Gasshō pour profiter au mieux de l”expérience.   Pour votre repas, goûter au plat traditionnel de Shirakawa, le nabe “Suttate”. Le nabe est connu au Japon comme un plat hivernal et que l’on mange en famille. C’est une sorte de pot au feu de légumes et viande de poulet où de porc en général mais qui peut parfois se cuisiner avec des produits de la mer. Ici, le nabe “Suttate” est cuisiné au miso, et à la sauce soja dans lesquels mijotent différentes variétés de champignons de la région et légumes croquants. Mais la plus grande particularité de ce Nabe est le boeuf local “Hidagyu”, connu pour son goût unique et sa chaire riche et  tendre. Alors, même si vous voyagez pendant les saisons chaudes, ne rater pas cette spécialité !     Le printemps approche à grande vitesse et sachez que vous pourrez admirer le village entourée de cerisiers en fleurs. Shirakawa-gō est entouré de rizières et au mois de mai se déroule le festival de la culture du riz où les femmes du village commencent les nouvelles plantations  au son de musique traditionnelle. En hiver, l’endroit est magique car recouvert de neige et apprécié également pour la proche station de ski de “Shirayumi”. En été, le village est entouré de végétation verdoyante et vous pourrez accéder au départ pour l’ascension de la montagne sacrée de Haku. Au mois de juin, les randonneurs y sont accueillis par une cérémonie du thé avant le début de la marche. Tue, 20 Feb 2018 10:51:04 +0900 Le mont Mitake et la région d’Okutama http:///blog/item/11385.html http:///blog/item/11385.html . Au Japon, les transports en commun sont réglés comme des horloges. Les trains sont  toujours à l’heure et naviguent sur une toile de voies ferrées très large. L’avantage est de pouvoir partir pour la journée très facilement depuis Tokyo et de profiter d’un bol d’air pure dans la nature avoisinante. Lorsque vous arriverez à la gare de Shinjuku, emprunter la Chuo Line jusqu’à la station Ōme, puis emprunter la Ōme line jusqu’à la station Mitake. ll est toujours très impressionnant de quitter Tokyo en train pour la montagne car on peut avoir l’impression que la ville ne s’arrêtera jamais, mais au fur et à mesure du trajet, les habitations alignées laissent place aux montagnes qui entourent la voie ferrée et vous commencerez à vous immerger dans un tout autre voyage.   A votre sortie de la gare vous trouverez sur votre gauche un petit cabanon de bois faisant office de tourisme où des personnes (parlant anglais) pourront vous confier des cartes de la région et des parcours de randonnée à emprunter. Un bus vous conduira directement jusqu’au point de départ de la marche vers le mont Mitake. Cependant, vous pouvez aussi l’atteindre à pied depuis la gare en longeant la rivière Tama, offrant un paysage sublime. Au printemps et en été, des centres de raftings et Kayak vous proposent la descente des rapides de la rivière alors n’hésitez pas à tenter l’aventure. Ils sont ouvert en général d’avril à Novembre.   A votre arrivée en bas du mont, vous aurez deux possibilités. Soit emprunter le funiculaire où pour les plus courageux, y accéder à pied. La marche est agréable bien qu’assez difficile, vous arpenterez des routes piétonnes assez pentues pendant à peu prêt deux heures. Le calme et la beauté  de la forêt de grands pins vous entourant est très agréable, alors si vous êtes sportif et motivé n’hésitez pas une seconde ! Au sommet du Mont culminant à plus de 900 mètres, le panorama est incroyable et de nombreuses petites boutiques de nourriture locale vous récompenseront de vos efforts. De là, vous pourrez également accéder aux chutes d’eau de Nanayono entourées d’une nature verdoyante et de petits temples de bois. A 20 minutes en train de la station Mitake, vous atteindrez facilement Okutama. A peine sortie de la gare, vous pourrez admirer  les gorges d’Hikawa, et emprunter la “mukashi michi”(ancienne route) et vous balader sur d’étroits chemins en amont de la rivière. Vous traverserez de nombreux ponts de bois suspendus dans un paysage magnifique. Il est également possible de prolongez la balade en partant la station Hatonosu et longer la rivière Tama jusqu’à Okutama. Compter environ 1h30 de marche. Lors de vos balades en bord de rivière, il n’est pas rare de voir des centres de pêche de rivière vous proposant de griller vos plus belles prises au barbecue et de les savourer dans un calme apaisant. Durant les belles saisons, vous pourrez passez la nuit dans un des nombreux campings alentours en forêt ou en bord de rivière mais il existe aussi de très bons ryokans dont certains équipés de onsens (bains  de source d’eau chaude volcanique). A environ 30 minutes de bus de la station de Okutama, vous pourrez atteindre la région de Nippara et visiter les grottes calcaires proches d’une superbe cascade. Vous pourrez admirer dans la même région le rocher "Inamura", une formation rocheuse assez impressionnante. Plusieurs chemins de randonnée d’un niveau assez difficile sont possibles aux alentours alors préparez vous bien ! Au sud, le lac Okutama qui alimente une partie de l’eau potable de Tokyo propose de belles balades comme au départ du village “Furasuto” où l’on peut aussi contempler de très beaux sanctuaires shintos. Thu, 15 Feb 2018 11:55:44 +0900 Reposer son corps et son esprit dans les sources chaudes du Japon http:///blog/item/11380.html http:///blog/item/11380.html   Au VIème siècle, la religion bouddhiste considérait les sources chaudes volcaniques comme éléments purificateurs du corps et l’esprit. A l’époque Edo, plus exactement au début du XVIIIème siècle,  le médecin Goto Konzan les étudie et en rapporte les bienfaits. Aujourd’hui, il existe partout au Japon des universités et centres de soins qui utilisent cette eau miraculeuse pour la thérapie contre certaines maladies. On compte au Japon pas loin de 30 000 sources thermales dispersées du sud à l’extrême nord de l’archipel. La température d’un onsen (nom Japonais de ces bains) après régulation de la source volcanique, est d’environ 42 degrés mais il en existe certains plus chauds, comme par exemple ceux de “Kusatsu Onsen”, dont la température peut atteindre environ 50 degrés. Kusatsu est une petite ville de montagne située dans la préfecture de Gunma à environ 3h de route de Tokyo. Au centre de la ville vous pourrez admirer ce que l’on nomme le “Yubatake”, un véritable champs d’eau volcanique qui s’écoule sur de larges planches de bois. Aux alentours de la ville, vous pourrez profiter d’une balade aux abords des sources chaudes aux milieu des montagnes. Les sources chaudes de Kusatsu sont alimentées par le volcan Shirane, dont l’éruption récente a entraîné la fermeture de l’accès à la randonnée dans ce secteur mais ne doit pas inquiéter ceux qui souhaitent profiter des sources chaudes de la ville et de ses alentours.   Dans la même région, les onsens de Takaragawa sont sublimes. Vous vous baignerez dans différents bassins le long de la rivière. Le soir, de petits cabanons de bois sont éclairés  et donnent une atmosphère magique et reposante. Lors d’un voyage au Japon, il est plus que conseillé de séjourner quelque temps dans un Ryokan, hébergement traditionnel japonais. Dans ces régions volcaniques, les ryokans abritent bien souvent des onsens de très bonne qualité ainsi qu’un accès aux bains illimité et possibilité pour certains de louer des bassins privés. De plus, vous goûterez à la véritable gastronomie japonaise, le repas du soir et du matin étant la plupart du temps inclus dans le tarif du séjour. Non loin de Tokyo, le site d’Hakone est très prisé pour la qualité de ses bains. Quoi de plus agréable que de s’y baigner en hiver entouré par les forêts, rivières et montagnes enneigés. A l’entrée de certains bassins, il est même possible de boire l’eau de onsen, réputée pour sa puretée. Mais toutes ne sont pas buvables. En réalité, il existe des types d'eau bien différents de par leur composition. Certaines sont acides, sulfurisées, alcalines, où riches en fer et leurs couleurs peuvent variées du blanc laiteux au rougeâtre. Bien connue pour être située en montagne, vous pouvez tout aussi bien profiter de cette balnéothérapie au bord de la mer et profiter d’un panorama incroyable. Il en existe de nombreux notamment dans la péninsule d’ Izu où sur l’île de Kyushu. En bord de mer, l’expérience du sunamushi onsen est à ne pas manquer. Pratique connue à Kagoshima à l’extrême sud de Kyushu, vous vous ferez ensevelir par du sable chaud volcanique ce qui détendra complètement vos muscles et permettra une meilleure circulation du sang dans tout votre corps. Vous n'aurez qu'à vous allonger sur le sable chaud et admirer le coucher du soleil. Tue, 13 Feb 2018 11:36:38 +0900 Contempler l’arrivée du printemps à Hokkaido http:///blog/item/11373.html http:///blog/item/11373.html   Connue pour ses rudes hivers, paysages enneigés, l’île d’Hokkaido retrouve à l’arrivée du printemps de sublimes couleurs. En plus des célèbres cerisiers japonais qui fleurissent petit à petit du sud au nord de l’archipel, la grande île d’Hokkaido est remarquable de part ses champs de fleurs qui s’étendent à perte de vue dans un paysage à couper le souffle. La floraison est un élément important de la tradition japonaise que l’on retrouve par exemple dans l’art de la cérémonie du thé. Lors de celle-ci, la fleur rattachée à la saison y est représentée dans la décoration du Chashitsu (lieu pour la pratiquer), ou  dans le Wagashi (petit gâteau fait de pâte de haricot rouge que l’on savoure avec le thé). A l’extrême nord de l’île se situe le parc Higashimokoto Shibarazuka. Au milieu de la campagne verdoyante, ce site est l’un de plus beaux de l’île où pousse sur de milliers d’hectares, la mousse rose, semblable aux fleurs de cerisiers. Il est conseillé de s’y rendre de début mai à juin.  Egalement au nord, le parc Kamiyubetsu est un site magnifique à ne pas manquer. Vous serez émerveillés en voyant les couleurs jaunes, rouges, pourpres, blanches et orangées de millions de tulipes fleurissant au printemps.   A une centaine de kilomètres au nord est de Sapporo se trouve la ferme Tomita, originaire du tout début du XX eme siècle, où les descendants de cette famille ont commencé à cultiver les premières lavandes pour utiliser son essence. C’est aujourd’hui plusieurs hectares de ces magnifiques plantes, aux couleurs bleues, pourpres et violettes qui se fondent au milieu des plaines entourées de montagnes. Asseyez-vous en terrasse de l’un des cafés de la maison et contemplez tout simplement cette sublime toile naturelle au doux parfum de l’arrivée de l’été.   Le plus bel endroit pour admirer la floraison des cerisiers est à l’extrême sud d’Hokkaido dans la ville ancienne de Matsumae. Le clan célèbre clan du même nom y avait établit son siège au XVI ème siècle et y laisse pour témoignage un magnifique château entourée d’un parc où fleurissent à merveille les sakuras. Tue, 06 Feb 2018 11:38:49 +0900 Balade au Japon féodal à Kanazawa http:///blog/item/11343.html http:///blog/item/11343.html   L’architecture moderne de la gare de Kanazawa vous fera oublier que vous venez d’arriver dans une ville dont les anciens quartiers historiques font partie des mieux conservés de tout le Japon. Avis aux passionnés d’art et d’histoire, cette ville est un  joyau de part ses rues anciennes qui reflètent l’architecture des quartiers comme ils pouvaient être à l’époque Edo. Le quartier de Nagamachi appelé aussi le quartier des samouraïs, en est le meilleur exemple. Il vous sera possible d’y visiter d’anciennes sublimes demeures comme celle de la famille Nomura, entourée d’un magnifique jardin.   A environ 25 minutes de la gare à pied, vous accéderez au traditionnel quartier Higashi où  ruelles étroites et anciennes maisons de Geishas vous plongerons plusieurs siècles en arrière.On le nomme le district Chaya car on appelait ces maisons Ochaya お茶屋 ce qui signifie maison de thé mais ne doit pas être confondu avec le Chashitsu où l’on pratique toujours la cérémonie du thé. Visiter Higashi vous permettra aussi d’entrer dans plusieurs de ces maisons où se concentre actuellement toute la richesse artisanale de la préfecture d’Ishikawa. Vous serez étonné de découvrir que cette ville est célèbre au Japon pour ses confections à base de feuilles d’or. De nombreux ateliers  continuent de perpétuer cette tradition originaire du XVI ème siècle à partir de laquelle sont fabriqués, bijoux, ornements, objets de tables et même cosmétiques  d’une réputation sans égale.   Cette même période a connue également l’arrivée du Raku, ou artisanat de la céramique. Vous visiterez bon nombre de petites échoppes où sont vendues les chawans, bols de céramiques servant à boire le Matcha (poudre de thé vert) lors de la cérémonie du thé. Certains ateliers vous proposeront même de fabriquer vos popres créations ! Non loin de ces quartiers vous aurez le plaisir de vous ballader dans le jardin Kenroku-en, sublime jardin japonais de plusieurs hectares faisant face au château de Kanazawa. Originaire de l’époque Edo, il est considéré comme l’un des plus beaux de tout le Japon, appréciable à chaque saison de l’année.   Mais la ville de Kanazawa n’est pas seulement connue pour ses atouts traditionnels. C’est une ville universitaire renommée aussi grâce à son musée d’arts contemporains du  XXI ème siècle exposant des oeuvres d’artistes célèbres du monde entier. Avant votre retour, n'hésitez pas à vous reposer dans un des nombreux onsens de la préfécture d'Ishikawa, comme le Yamanaka Onsen de très bonne qualité ! Thu, 25 Jan 2018 11:20:24 +0900